Vice & Vertu, autour du premier album

La vie vous semble trop rose ? Vous en avez assez d’un monde où l’on vous dit que tout est lisse ? Heureusement, le duo musical Vice & Vertu est là pour vous plonger dans une improbable décadence flamenco lyrique.

Vice & Vertu quand l’horreur devient tendresse

Puisant essentiellement dans les chansons à texte de la première moitié du XXème siècle, Guillaume Franceschi à la guitare et Mathieu Bertello à la voix évoquent non sans humour l’univers des plaisirs illicites et des paradis artificiels.

Un duo rafraîchissant sur des sujets brûlants. Guillaume Franceschi, guitariste aux multiples facettes formé à l’école de Jerez de la Frontera, et le chanteur lyrique Mathieu Bertello ont voulu créer avec Vice & Vertu un duo à
la fois accessible et sortant des sentiers battus.

L’univers musical mêle la tradition française soucieuse du texte à une liberté rythmique et aux couleurs harmoniques principalement flamencas mais aussi bossa, swing, jazz voire même rock’n’roll, le tout bien sûr au service de la voix.

Les chansons réalistes françaises

Intéressés par la relation musicale qui naît de l’interaction d’une voix et de son accompagnateur, ils créent en symbiose un spectacle issu du répertoire populaire de la chanson française.

Ce répertoire se concentre sur des pièces qui se plaisent à décrire les vices de leur temps, le monde des bas fonds et des viles passions humaines qui sont souvent décrits avec un mélange de simplicité, de cruauté et d’humour.

« Ce spectacle devrait être remboursé par la Sécu »

Vice & Vertu, l’album

vice et vertu musique

Vice & Vertu.

Quand la Chanson française rencontre le flamencoAlbum 12 titres.- Mathieu Bertello – ténor / Guillaume Franceschi – guitare

L’album Vice et Vertu en détail

  • Séguedille, Henri Meilhac et Ludovic Halevy, musique d’après Georges Bizet, 1875
  • La vipère du trottoir, Paroles de Jean Rodor – Musique de Vincent Scotto, 1919
  • Opium, Charlys et Guy d’Abzac, musique d’après Charlys,1930
  • La bien pagà, Ramón Perelló, musique d’après Juan Mostazo, 1930
  • Du feu, Etienne Recagno, musique d’après Mimi Recagno, 1932
  • Le Tango stupéfiant, Henri Cor, musique d’après Ralph Carcel et Philippe Olive, 1936
  • La Grasse Matinée, Jacques Prévert, musique d’après Kosma. 1946
  • Dans ma rue, paroles et musique Jacques Datin, 1946
  • Les Philistins, Jean Richepin 1876, musique d’après Georges Brassens, 1957
  • Dans le port d’Amsterdam, Jacques Brel, musique d’après ce dernier,1964
  • C’que t’es belle quand j’ai bu, Alexis H.K, musique d’après ce dernier, 1997
  • Le Gérontophile, paroles et musique de Bernard Joyet, 2002
  • Tango mathématique, paroles et musique de Mathieu Bertello, 2014
  • Fais-moi mal, Johnny, paroles et musique de Boris Vian 1956

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *